La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Rochon Family - History

In the XVII century, the Perche had too many people for agriculture and small trade. A new attraction for independance and a better knowledge of the New World generate a move for migration. In 1627, Robert Giffard, personnal friend of Samuel de Champlain and physician from Mortagne in Perche, arrived in New France with his wife Marie Renouard and settled in Beauport, east of Quebec City, where he became the Lord of the place in 1634. Wanting to stay there and to found a new establishment, he returned  to Perche to recruit fellow citizens. In St-Come-de-Vair, he held meetings at the Cheval Blanc (« White horse ») Inn, in the center of the village: 36 inhabitants, from 13 families, including the Rochon and the Bisson, decided to follow him, between 1644 and 1662. None of these families will return to France.

 

The Perche, an old French province, with Mortagne as capital, was located between Normandy and Maine. About 5% of French settlers who come to Quebec in the seventeenth century specifically come from this region. Today, St.Côme-en-Varais is located in the Loire Country, « Diocèse »  of Mans, north of the Sarthe Department, « Arrondissement » of Mamers, on the N 138 road, at 14 kilometers South-East of Bellême and at 12 kilometers of Mamers (170 km South-West of Paris). The municipality has about 2 000 inhabitants. A commemorative plaque hangs in the church and lists the names of the families who arrived in New France at the same time as the Rocheron.

 

And thus Simon, Gervais and Marie Rochon arrived in New France at the end of the summer of 1657 from the port of La Rochelle on the ship Saint-Sébastien (led by captains Gillaume and Pierre Poulet).  Simon and Gervais were engaged in the service of Simon Guyon (already established in New France, at Chateau-Richer, since 1641) for a period of 3 years.  Mathurine Bisson, , at 15 years old,  arrived at the same time with her parents, Florent Bisson and Jeanne Yvon, and her brother Michel, 13 years old. Later, her second marriage will be to Simon Rocheron. At the time of the census of the Intendant Jean Talon, in 1665-1666, only 3 215 people from European origin and 538 families, were living in the colony.

 

We think, but without certitude, that the father of Simon, Gervais and Marie Rocheron was Julien (Julian) Rocheron, born between 1596 and 1612 (probably in 1607) in Soisson, and died in August 1650 ; he married Martine Lemoyne (Lemoine, Lemaire), born around 1608 - 1611, at St. Cosme-en-Varais, in Perche), November 1st, 1634. (There is another Julien, died on August 26, 1652 and we cannot say with certitude which Julien is the father of Simon, Gervais and Marie). Martine died on August 3, 1650. Julien had a sister, Catherine Rocheron, born on June 4, 1606 at St. Come. Gervais, Simon and Marie also had a young brother, Eloy born June 13, 1637, probably died at a young age, and Julian, died August 16, 1650.

 

The father of Julien could be Thomas Rocheron, born around 1576 at Soissons in Picardie (Aisne); he died on November 28, 1640 at St. Cosme-de-Varais; on June 20, 1601; he married Perrine Bonnier (Bouvier), born around 1580 at Soissons. Thomas was married a second time, with Françoise Truton (born around 1600), on January 1622 (or June 22, 1633) at St. Come.

 

The adoption of the name Rochon, instead of Rocheron, appeared in New France as soon as the 2nd generation. Four of the children of Simon are named Rochon while the eldest child keeps the name Rocheron. As for Gervais’ children it is proportionately the opposite: Rocheron appears 10 times in the baptismal certificates and Rochon 5 times.

 

According to data from the Statistical Institute of Quebec (2013), the name ROCHON currently stands at 340th rank on the 1000 most used names in Quebec and currently represents 0.059 % of its population.

 

 

 

*****

In the late nineteenth and early twentieth centuries, many Rochon families emigrated to the USA.

 

Between 1840 and 1930 roughly 800 000 to 900 000 Quebecers left the Province to emigrate to the United States. Around 1900, there would scarcely have been a Quebec family that did not have some of its members living in the United States. It has been estimated that, in the absence of emigration, there would be 4 to 5 million more Francophones living in Quebec today.

 

The emigration of Quebecers to the United States was mainly caused by demographic pressures, rural poverty, low productivity of the farms, short growing season, agricultural crisis, lack of suitable regions for colonisation, difficult access to major markets and the insufficient level of industrial development to absorb the excess population. The proximity of the New England factories that offered easy employment fuelled the migration. It was especially true in the huge textile factories of New England where several members of a family could find work. The factory jobs frequently required no formal skills or education and often employed children and women.

 

During the opening phases of the movement, roughly from the 1840’s to the 1860’s, emigrants tended to head mostly for Massachusetts (Lowell, Lawrence, New Bedford), for Northern New York State, Vermont, New Hampshire (Manchester, Nashua), Maine (Biddeford, Lewiston), Rhode Island (Woonsocket) and Connecticut.

 

Many emigrants having left Quebec to avoid seasonal unemployment, or to save money in order to buy a farm or to pay off their debts, found themselves unable to return home later. And for many new emigrants, the higher standard of living in USA became difficult to forego.

 

It was possible for them to live and work in French in several towns in New England until the 1940’s, but by the middle of the 20th century assimilation had largely run its course. The decline of Franco-America can chiefly be attributed to the decline of the textile industry in New England and to the social rise of Franco-Americans. The americanization of French Canadians went hand in hand with their commercial success. Eventually, by the 1960’s, French could only be heard spoken in New England by middle-aged and elderly people. Today, most of their descendants no longer speak French.

 

Although New England attracted the majority of migrating Québécois, a large number of them and of French Canadians from Ontario and Manitoba migrated westward along the upper St. Lawrence-Great Lakes System into the American Midwest.

 

French Canadians arrived in Michigan and surrounding States in two waves of immigration. The first one during the 17th century and the second between 1840 to the beginning of the 20th century.

 

French Canadians had inhabited the region since the late 17th century when missionary Father Jacques Marquette set up the first permanent settlement at Sault Ste-Marie. The first French-Canadian settlements in the American Midwest were fur-trading posts established in the seventeenth and eighteenth centuries. Detroit was founded in 1701 and the first wave of French Canadian immigration to this particular area then began in earnest. They established in Detroit as explorers, traders, farmers, millers, missionaries, outfitters, and soldiers.

 

The second wave of French Canadian immigration was largely in the mold of other great immigrations to the USA when people seeking a better life left their homes for other lands. Franco-Ontarians frequently moved to Michigan and Illinois while Franco-Manitobans often opted for Minnesota and Wisconsin.

 

The largest concentration in Michigan were mostly in Grand Rapids, Bay City, Midland, Grand Haven, Detroit, Marquette, Calumet, Escanaba, Negaunee, Ishpeming, Muskegon, Alpena, Manistee and East Sagiwan. In Minnesota, the largest communities were mostly in Crookston, Gentilly, Rouxville, Red Lake Falls, St. Hilaire and Beaudry. In Kansas, the French-Canadian communities were very active in Aurora, Clyde and St. Joseph. The Illinois settlements (mainly in Bourbonnais, St.Anne and Kankakee) were among the most successful of the French-Canadian communities in the Midwest.

 

Jobs in mining and lumber in Michigan were plentiful. Like other immigrant groups, this second wave sought to maintain their ethnic identity. This was initially achieved through publishing French-language newspapers, new Catholic parishes, and building communal organizations.

 

The success of many the communities in the large urban centers depended on their having a French-Canadian priest to serve them. The Church could played a positive role in the survival of national identity depending upon the attitudes of local bishops. The histories are revealing of the ambiguous role played by the Church in the assimilation of Catholic immigrants : some bishops were anxious to prove that immigrants could become good American citizens and remain good Catholics. The pressures to americanize were so great that members of the hierarchy encouraged their charges to learn English and to become naturalized citizens. The French-Canadian parishes in Chicago seem to have been more successful than those in Detroit. The Archbishops of Chicago were usually more sympathetic to French-Canadians' wishes for national parishes; the parishes were administered by Quebec priests and the schools staffed with Quebec nuns.

 

With the rapid increase in immigration in the mid-west during the 1830s and 1840s, the French-Canadians were quickly outnumbered by an influx of European immigrants and Americans. As in New England, the immigrant generations passed away, and succeeding generations did not maintain the language and cultural organizations formed by their parents and grandparents. Today the presence of French-Canadian names on mailboxes along country roads attest to the persistence of families which arrived a century ago. In the local cemeteries, grave-marker inscriptions indicate that the French language was important as late as the 1920s.

 

Many of the Rochon families who now live in USA derive their origin from these great migrations. They are mostly located today in Massachusetts, Michigan, New York, Illinois, Ohio, Connecticut, Maine and Wisconsin. Therefore, we find a very large number of their descendants in our genealogical document.

 

Famille Rochon - Histoire

Au XVIIe siècle, le Perche compte trop de bras pour l’agriculture et les métiers d’artisanat. Le goût de l’indépendance et une meilleure connaissance du Nouveau Monde suscitent un mouvement d’émigration. En 1627, Robert Giffard, ami personnel de Samuel de Champlain, apothicaire et maître chirurgien, originaire de Mortagne au Perche, débarque en Nouvelle-France avec sa femme Marie Renouard et s’installe à Beauport, à l’est de Québec, où il devient le seigneur des lieux en 1634. Désireux d’y demeurer et d’y fonder un établissement, il revient peu de temps après au Perche pour y recruter des compatriotes. À Saint-Cosme-de-Vair, il tient des réunions dans l’Auberge du Cheval blanc, au centre du bourg : 36 habitants, issus de 13 familles, dont les Rocheron et les Bisson, décident de le suivre entre 1644 et 1662; aucune de ces familles de reviendra en France. 

 

Le Perche, une ancienne province de France, ayant comme capitale Mortagne était située entre la Normandie et le Maine. Environ 5 % des colons français qui viendront s’établir au Québec au XVIIe siècle proviendront spécifiquement de cette région. Aujourd'hui, Saint-Côme-de-Vair, de la Commune de Saint-Côme-en-Vairais, est localisée dans le Pays de Loire, Diocèse de Mans, au nord du Département de la Sarthe, arrondissement de Mamers, sur la route N 138, à 14 kilomètres au sud-ouest de Bellême et à 12 kilomètres de Mamers (170 km au sud-ouest de Paris). Actuellement, la municipalité compte environ 2 000 habitants. Une plaque commémorative est accrochée dans l’église : y figurent les noms des familles qui, en même temps que les Rocheron, partirent pour coloniser la Nouvelle-France.

 

C’est ainsi que Simon, Gervais et Marie Rocheron arrivèrent en Nouvelle-France à la fin de l’été 1657, à partir du port français de La Rochelle, après une traversée de trois longs mois sur le navire Saint-Sébastien (conduit par les capitaines Guillaume et Pierre Poulet). Simon et Gervais s’étaient engagés au service de Simon Guyon (déjà établi en Nouvelle-France, à Château-Richer, depuis 1641) pour une durée de 3 ans. Mathurine Bisson, arrivée en même temps qu'eux, à l’âge de 15 ans, avec ses parents Florent Bisson et Jeanne Yvon, ainsi que son frère Michel âgé de 13 ans, épousera plus tard, en seconde noces, Simon Rocheron. À noter qu’au recensement de l’Intendant Jean Talon, en 1665-1666, on comptait seulement 3 215 habitants d’origine européenne et 538 familles déjà établis dans la colonie.

 

On croit, mais sans en être assuré, que le père de Simon, Gervais et Marie Rocheron serait Julien (Julian) Rocheron, né entre 1596 et 1612 (possiblement en 1607) à Soisson, et décédé le 16 août 1650; il a épousé Martine Lemoyne (Lemoine, Lemaire) (née entre 1608 et 1611, à Saint-Cosme-de-Vair, en Perche), le 1er novembre 1634. (Il existe en effet un autre Julien Rocheron décédé le 26 mars1652 et les certificats de décès ne permettent pas une identification certaine des deux Julien). Martine est décédée le 16 août 1650.  Julien avait une sœur, Catherine Rocheron, née le 4 juin 1606, à Saint-Côme. Gervais, Simon et Marie avaient aussi un jeune frère, Éloy né le 13 juin 1637, probablement décédé en bas âge, et Julien, décédé le 16 août 1650.

 

Le père de Julien serait peut-être Thomas Rocheron, né vers 1576 à Soisson en Picardie (Aisne) ; il est décédé le 28 novembre 1640 à Saint-Cosme-de-Vair; il avait épousé, le 20 juin 1601, Perrine Bonnier (Bouvier), née vers 1580 à Soissons. Thomas se remariera plus tard avec Françoise Truton (née vers 1600), le 24 janvier 1622 ou le 22 juin 1633 à Saint-Côme.

 

L’adoption du patronyme Rochon plutôt que Rocheron apparaîtra en Nouvelle-France dès la 2e génération. Les enfants de Simon seront baptisés du nom de Rochon sauf le plus vieux qui gardera le nom de Rocheron. Chez les enfants de Gervais, au contraire, 10 enfants conserveront le nom de Rocheron sur leurs baptistères et 5 prendront le nom de Rochon.

 

Suivant les données de l'Institut de la Statistique du Québec (2013), le nom ROCHON se situe présentement au 340e rang sur les 1000 noms les plus en usage présentement au Québec et représente 0,059% de sa population.

 

*****

À la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, de nombreuses familles Rochon émigrèrent aux USA.

 

Entre 1840 et 1930, environ 800 000 à 900 000 Québécois ont en effet quitté la Province pour émigrer aux États-Unis. Vers 1900, il y avait au Québec très peu de familles qui ne comptaient pas au moins un ou plusieurs de leurs parents vivant désormais aux USA. On estime qu’en l’absence de tous ces départs, on compterait aujourd’hui 4 à 5 millions de Francophones de plus au Québec.

 

Cette émigration des Québécois vers les États-Unis fut principalement causée par les pressions démographiques, la pauvreté en milieu rural, la faible productivité des fermes, la courte saison de croissance, une crise agricole importante, le manque de régions nouvelles ouvertes à la colonisation, les difficultés d’accès aux grands marchés et l’absence de développement industriel pour absorber la croissance très élevée de la population. La proximité de nombreuses industries textiles en Nouvelle-Angleterre qui étaient là a recherche de main-d’œuvre, offrait des débouchés qui permettaient de suppléer à tous ces problèmes. Là-bas, des emplois étaient disponibles, non seulement pour le chef de famille, mais souvent aussi pour les épouses et les enfants, d’autant plus que ces emplois manuels ne requéraient que peu d’éducation ou de formation.

 

Au début de ce mouvement de migration, soit entre 1840 et 1860, les émigrants s'établirent principalement au Massachusetts (Lowell, Lawrence, New Bedford), au nord de l’État de New York, au Vermont, au New Hampshire (Manchester, Nashua), au Maine (Biddeford, Lewiston), au Rhode Island (Woonsocket) et au Connecticut.

 

Plusieurs de ces émigrants, qui avaient quitté le Québec pour éviter des emplois précaires ou saisonniers ou pour ramasser de l’argent en vue de revenir au pays et s’acheter une ferme ou encore pour simplement payer leurs dettes ne revinrent jamais, confortables avec le nouveau niveau de vie qu’ils avaient trouvé aux États-Unis.

 

Jusque vers 1940, il était encore possible pour eux de vivre et de travailler en français dans plusieurs villes de la Nouvelle-Angleterre, mais l’assimilation a ensuite peu à peu exercé ses effets, à cause principalement du déclin de l’industrie des textiles et à cause aussi de l’ascension sociale de ces immigrants. L’américanisation des Canadiens-français fut en effet directement reliée à leur réussite économique. À compter de 1960, il n’y avait plus que les gens d’âges moyens ou les gens âgés qui parlaient encore le français. Aujourd’hui, la plupart de leurs descendants ne parlent plus cette langue.

 

Bien que ce fut la Nouvelle-Angleterre qui attira principalement les Québécois, un grand nombre de ceux-ci et de Canadiens-Français issus du sud de l’Ontario et du Manitoba se dirigèrent plutôt vers les états du Mid-Ouest américain. Ils arrivèrent au Michigan et dans les États limitrophes, en deux vagues d’immigration, la première au XVIIe siècle et la seconde à compter de 1840 allant jusqu’au début du XXe siècle.

 

Les Français étaient présents dans la région dès la fin du XVIIe siècle lorsque le Père Jacques Marquette avait établi un premier établissement à Sault-Ste-Marie. Les premiers établissements dans le Mid-Ouest américain furent des postes de traite datant des XVIIe et XVIIIe siècles. Détroit fut fondé en 1701 et les premiers établissements français stables commencèrent aussitôt. Les Canadiens-Français s’installèrent comme explorateurs, commerçants, fermiers, boulangers, voyageurs, coureurs des bois, missionnaires et soldats.

 

La seconde vague d’immigrants Canadiens français s’inscrit en même temps que les migrations aux USA de d’autres nationalités, tous à la recherche d’une meilleure qualité de vie. Les Franco-Ontariens s’établirent principalement au Michigan et en Illinois alors que les Franco-Manitobains optèrent davantage pour le Minnesota et le Wisconsin.

 

 Les plus grandes concentrations de Canadiens-Français au Michigan furent principalement à Grand Rapids, Bay City, Midland, Grand Haven, Détroit, Marquette, Calumet, Escanaba, Negaunee, Ishpeming, Muskegon, Alpena, Manistee et East Sagiwan. Au Minnesota, les communautés les plus prospères se retrouvèrent surtout à Crookston, Gentilly, Rouxville, Red Lake Falls, St. Hilaire et Beaudry. Au Kansas, les communautés canadiennes-françaises furent surtout actives à Aurora, Clyde et St. Joseph. Les établissements en Illinois (principalement à Bourbonnais, St. Anne, Kankakee) furent parmi les plus réussies parmi les communautés du Mid-Ouest.

 

Tous ces gens travaillèrent souvent dans l’industrie minière et la foresterie, principalement au Michigan. Comme bien d’autres groupes d’immigrants, les Francophones travaillèrent très fort à maintenir leur identité culturelle et linguistique en publiant leurs propres journaux en français, en établissant des paroisses catholiques et en maintenant des organisations sociales et communautaires fortes.

 

Le succès de plusieurs communautés dans les grandes villes dépendait souvent de la disponibilité de prêtres Canadiens-Français pour les desservir. Ainsi, l’Église a-t-elle parfois pu jouer un rôle positif dans la survivance de l’identité nationale dépendant toutefois du degré d’ouverture des évêques locaux. Plusieurs faits révèlent l’ambiguïté jouée par l’Église dans l’assimilation des émigrants catholiques : certains évêques voulaient absolument démontrer aux autorités civiles que les immigrants pouvaient devenir d’excellents citoyens américains tout en restants catholiques. Les pressions de leur part en vue de l’américanisation furent très fortes pour forcer l’apprentissage de l’Anglais et la naturalisation américaine. Les paroisses canadiennes-françaises de Chicago eurent plus de succès que celles de Détroit. Les Archevêques de Chicago furent généralement plus sympathiques aux attentes et aux besoins des francophones, les paroisses et les écoles étant le plus souvent administrées par des membres du clergé et des religieuses provenant du Québec.

 

Avec l’augmentation rapide de l’immigration dans le Mid-Ouest durant les années 1830 et 1840, les Canadiens-Français furent rapidement dépassés en nombre par des arrivées massives d’immigrants Européens et Américains. Comme en Nouvelle-Angleterre, les générations se succédèrent et, peu à peu, se perdirent la langue et les institutions établies par leurs parents et grands-parents. Aujourd’hui encore, la présence de noms Canadiens-Français sur les boîtes aux lettres de certaines routes rurales atteste de la venue de toutes ces familles francophones qui s’installèrent il y a un siècle. Dans les cimetières, de nombreuses inscriptions sur les pierres tombales témoignent de l’importance du Français jusque dans les années 1920.

 

Plusieurs des familles Rochon qui vivent maintenant aux États-Unis tirent leur origine de cette forte émigration. Ils vivent principalement aujourd’hui au Massachusetts, au Michigan, dans l’État de New York, en Illinois, en Ohio, au Connecticut, au Maine et au Wisconsin. Aussi, retrouve-t-on un très grand nombre de leurs descendants dans notre document généalogique.